Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées

Les 6 et 13 décembre prochains auront lieu les élections régionales. Le Parti de la Nation Occitane (PNO) a pris la décision d'y participer avec la coopérative écologiste et citoyenne dite "Le Bien Commun" sur la base d'une démarche "hors système" partagée. Ceux qui adhèrent à ce projet préconisent une récupération de la parole par le citoyen de base, parole dont il est généralement privé par une oligarchie arrogante qui détient les postes clés de la république.

Le Parti de la Nation Occitane dénonce certains aspects dogmatiques du modèle républicain "jacobin" en place. Depuis 1793, les gouvernements successifs œuvrent à l'uniformisation de la société et maintiennent le rapport de force dominant-dominé Paris-Province. La population de la République Française désormais formatée semble accepter sans broncher, comme s'il s'agissait d'une évidence, d'une fatalité. Il en découle conséquence directe la disparition progressive de la langue occitane (et du catalan dans les Pyrénées-Orientales).

"Le Bien Commun" dénonce la confiscation du pouvoir populaire par les partis ultras hiérarchisés dirigés depuis la capitale : ce n'est qu'un brouillon de démocratie, les citoyens ne sont pas les décisionnaires, ils ne font que choisir ceux qui décideront pour eux. Le malheur est que ces partis conservent leur monopole en reproduisant à l'identique ce système centralisé à l'échelle régionale, ce qui ne laisse aucune alternative locale possible.

Parti de la Nation OccitaneLe Parti de la Nation Occitane est par nature opposé à ce système, puisque favorable à une décentralisation des pouvoirs. Il est, pour que les citoyens d'ici récupèrent la parole, au sens figuré comme au sens propre. La disparition de l'occitan et du catalan est un exemple très concret de la confiscation du pouvoir de la base citoyenne. Le sommet de la hiérarchie est par nature francophile (puisque situé à Paris) ne se prive pas de mener une politique ouvertement ethnocidaire vis-à-vis de l'occitan et du catalan.

Le Bien Commun souhaite travailler sur un modèle coopératif. Chaque composante, chaque membre peut exposer son point de vue, faire remonter son expérience de terrain en vue de proposer par la concertation des solutions concrètes sur divers sujets de société (environnement, économie...). Plus spécifiquement, le Parti de la nation Occitane apportera son éclairage sur cette problématique des identités dite pudiquement "régionales", qui concerne plus que toute autre cette région située en plein centre de l'Occitanie.
Une entité régionaliste a vocation à défendre les intérêts de la région. C'est le cas finalement de cette coopérative citoyenne dite "Le Bien Commun", et c'est pour cette raison que les occitanistes (du Parti de la Nation Occitane mais aussi de "Bastir! - Gascogne Toulousaine") ont choisi d'y adhérer.

Jerome Piques, Parti de la Nation Occitane, Elections régionales 2015, Tarn et Garonne